Comment fonctionne la virtualisation d’un serveur ?

Breaking

mercredi 18 avril 2018

Comment fonctionne la virtualisation d’un serveur ?



S’il y a bien une technologie qui peut grandement améliorer les environnements informatiques, quelle que soit leur taille, c'est la virtualisation. En utilisant un seul serveur physique pour faire fonctionner de nombreux serveurs virtuels, vous pouvez réduire les coûts d'exploitation tout en ayant un meilleur niveau de sécurité, une productivité accrue et un confort pour tous les utilisateurs du parc informatique.
Que votre entreprise fonctionne avec deux ou cent serveurs, vous pouvez bénéficier de la virtualisation des serveurs de différentes manières.

Pourquoi virtualiser une petite infrastructure ?

Pour Bicomm, expert de la virtualisation basé dans les Landes, les raisons de virtualiser même une petite infrastructure se résument à la facilité d'administration et à la réduction des coûts.
Les réductions de coûts proviennent de la réduction du nombre de serveurs physiques, réduisant ainsi les besoins en énergie et en refroidissement.
Si votre entreprise n'a qu'un seul serveur, la virtualisation n'est pas susceptible de vous aider beaucoup, mais si vous avez plus de deux serveurs ou si vous avez l'intention de faire une expansion prochainement, la virtualisation peut faire une différence.

Le serveur hôte

La clé du succès de la virtualisation des serveurs dans un environnement plus petit commence par le serveur hôte physique, la partie qui exécutera plusieurs serveurs virtuels. Même si ce serveur est responsable de l'hébergement de douzaines de serveurs virtuels, il nécessite beaucoup moins de ressources CPU que ce que vous pouvez supposer.
Selon le logiciel de virtualisation utilisé -VMware, Hyper-V de Microsoft, Citrix XenServer, ou un autre - vous serez probablement capable d'exécuter un nombre surprenant de serveurs virtuels sur un CPU à quatre ou six cœurs.
La raison en est qu'en général, la plupart des serveurs tournent au ralenti une grande partie du temps. Lorsqu'ils sont chargés d’une tâche, leurs ressources tendent à se répartir entre la RAM, le CPU, le disque et l'entrée/sortie réseau, seul un sous-ensemble des serveurs virtuels nécessitant des ressources CPU importantes. En profitant de ce constat, vous pouvez consolider un nombre considérable de serveurs physiques sur un seul serveur hôte.
Ce n'est pas une règle absolue, cependant. Certains serveurs, tels que les serveurs de base de données, exécutent des charges plus lourdes sur une base plus cohérente, et peuvent ne pas être des candidats appropriés pour la virtualisation dans une infrastructure plus petite. Tout dépend des ressources matérielles disponibles pour le serveur hôte, des caractéristiques du logiciel de virtualisation et des exigences du serveur virtuel. Heureusement, il n'est pas difficile de mettre en place et de tester ces exigences à l'avance.
La première chose à faire lorsque l'on aborde un petit projet de virtualisation est de choisir le matériel.
Une bonne règle à connaître est qu'avoir plus de cœurs dans le serveur hôte l'emporte sur des vitesses plus élevées, donc si vous avez le choix entre un CPU 4 cœurs fonctionnant à 2,93 GHz et un CPU 6 ou 12 cœurs fonctionnant à 2,4 GHz, vous serez plus à l'aise avec cette dernière option. En effet, la capacité de répartir la charge du serveur virtuel sur un plus grand nombre de cœurs de CPU se traduit généralement par des performances plus rapides et plus cohérentes sur l'ensemble des machines virtuelles.

RAM et stockage

Une fois que vous avez pris la décision sur le CPU, la prochaine zone à prendre en compte est la RAM. Les machines hôtes de virtualisation peuvent toujours utiliser plus de RAM, alors obtenez autant que vous le pouvez, et sélectionnez la RAM la plus rapide possible. Il est relativement simple de surcharger les ressources CPU - ou d'allouer plus de CPU virtuels aux serveurs virtuels qu'il n'y en a physiquement dans le serveur hôte - mais il est beaucoup plus difficile de surcharger la RAM. Plus vous avez de RAM disponibles, plus vous serez en mesure d'exécuter de machines virtuelles.
C'est particulièrement vrai si vous utilisez certains hyperviseurs (qui sont responsables de la gestion de tous les serveurs virtuels) qui n'offrent pas de fonctions de mémoire partagée. Certains exigent qu'une quantité fixe de RAM soit présentée à chaque serveur virtuel, et que la RAM soit allouée dans son intégralité. D'autres configurations plus avancées peuvent déterminer quand des segments de mémoire identiques sont présents dans plusieurs serveurs virtuels et mettre en cache cette mémoire en conséquence, ce qui permet d'allouer plus de RAM aux serveurs virtuels qu'il n'y en a à l'intérieur de l'hôte. Quoi qu'il en soit, optez toujours pour plus de RAM lorsque c'est possible.
Le troisième facteur à considérer est le stockage. Dans les environnements plus petits, il se peut que vous ne disposiez pas d'un SAN ou d'un NAS pour contenir les images du serveur virtuel, de sorte que le serveur hôte sera responsable de la tâche.
Dans ce cas, plus de disques sont meilleurs, dans la mesure du raisonnable. Pour les applications générales, les disques SATA de type RAID 5 ou RAID 6 suffiront, bien que les disques SAS offrent toujours des performances accrues. Si possible, assurez-vous que le serveur physique dispose d'un contrôleur RAID qui prend en charge RAID 5 ou RAID 6, et planifiez votre stockage en conséquence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire